SLASH  MAGASINE #2 ...

 

 http://slash-paris.com/articles/slash-magazine-2

 

Slash Magazine #2 — 1500 ex. — 96 pages — ISSN 2269 8329 — 12 euros + Contient un tirage d’une œuvre inédite de Marc Brandenburg au format poster
ase d’eau, un bon pouvoir couvrant. Les 12 nuances ont une grande résistance à la lumière, sont miscibles entre elles… - See more at: http://www.boesner.fr/#sthash.iMBeWiTv.dpuf
ase d’eau, un bon pouvoir couvrant. Les 12 nuances ont une grande résistance à la lumière, sont miscibles entre elles… - See more at: http://www.boesner.fr/#sthash.iMBeWiTv.dpuf
ase d’eau, un bon pouvoir couvrant. Les 12 nuances ont une grande résistance à la lumière, sont miscibles entre elles… - See more at: http://www.boesner.fr/#sthash.iMBeWiTv.dpuf
ase d’eau, un bon pouvoir couvrant. Les 12 nuances ont une grande résistance à la lumière, sont miscibles entre elles… - See more at: http://www.boesner.fr/#sthash.iMBeWiTv.dpuf
ase d’eau, un bon pouvoir couvrant. Les 12 nuances ont une grande résistance à la lumière, sont miscibles entre elles… - See more at: http://www.boesner.fr/#sthash.iMBeWiTv.dpuf
Slash Magazine #2 — 1500 ex. — 96 pages — ISSN 2269 8329 — 12 euros + Contient un tirage d’une œuvre inédite de Marc Brandenburg au format poster
Le magazine Slash #2 est disponible dans les lieux suivant : Librairie du Palais de Tokyo, Yvon Lambert Bookshop Librairie du centre culturel suisse, Labstore du Laboratoire, Le Plateau, FRAC Ile-de-France, Florence Loewy — Books by Artists, Librairie du Merle moqueur, Librairie du 104.

Publication dans Slash Magasine #2 











ase d’eau, un bon pouvoir couvrant. Les 12 nuances ont une grande résistance à la lumière, sont miscibles entre elles… - See more at: http://www.boesner.fr/#sthash.iMBeWiTv.dpuf

EXPOSITION PASSÉE ...

 

 

"Ce que le sonore fait au visuel" au Chateau de Servières, la Bastide, Marseille.

du 22/10/2013 au 21/12/2013

http://cequelesonore.tumblr.com/




 

 "Sans Matières Ajoutées" au Cneai, Chatou   

du 14/09/2013 au 10/11/2013






















Avec : Armelle Aulestia, Ismaïl Bahri, Mohamed Bourouissa, Jean-Baptiste Caron, Anaïs de Chabaneix, Charlotte Charbonnel, Edith Dekyndt, Fleuryfontaine, Fabien Giraud et Raphaël Siboni, Christian Lebrat, Yann Leguay, Gaël Moissonnier, Samuel Moncharmont, Laurent Montaron, Melik Ohanian, Florian Pugnaire et David Raffini, Annelise Ragno, Volker Schreiner, João Vieira Torres.
À travers un programme au long cours et aux formats multiples – cycle vidéo, festival Island #4, exposition et éditions – le collectif de curateurs ABOUT : BLANK cherche à remettre en jeu les lieux communs touchant à la dématérialisation de l’art et du monde contemporains. À la lisière entre « rematérialisation » de l’œuvre d’art et captation d’expériences évanescentes, une trentaine d’intervenants déploie une gamme de pratiques artistiques qui ne peuvent se réduire à la stricte distinction entre matérialité et immatérialité.
Avec l'Université Paris-Sorbonne

Pas de « matières ajoutées » cependant car il s’agit moins ici de procéder par modelages et adjonctions que par rencontres et mises en tension : faire réagir la matière plutôt que la façonner. D’autant que la plupart des médiums convoqués – vidéo, performance, son, Internet – sont liés paradoxalement à l’art le plus dématérialisé. Ceux-ci se révèlent pourtant aussi tangibles et malléables que les matériaux du sculpteur une fois mis à l’épreuve de protocoles rigoureux : jeux sur les potentialités du hasard et les accidents de la matière ; focalisation sur la trace, l’empreinte et l’enregistrement ; expériences à caractère scientifiques ou hybridations technologiques…
Ces pièces rendent par là-même sensibles des phénomènes qui échappent généralement à la perception ou à la conscience : gestes fugitifs (Anaïs de Chabaneix, Edith Dekyndt) et récits lointains (Mohamed Bourouissa, Charlotte Charbonnel, Laurent Montaron), pulsations organiques (Ismaïl Bahri, João Vieira Torres) et boucles mécaniques (Giraud et Siboni, Yann Leguay, Florian Pugnaire), bribes de réalité (Jean-Baptiste Caron, Annelise Ragno) et flux de données (Fleuryfontaine, Melik Ohanian). Les artistes tissent là des concordances inattendues entre des registres sensoriels disparates (de la matière au son, du son à l’image) et rendent poreuses les frontières entre les genres et les techniques.
De cette exposition à entrées multiples se dégage ainsi une atmosphère commune : fictions expérimentales, échappées rêveuses et suspension du sens – en écho à « about:blank », cette page blanche des navigateurs Internet dont on ne sait jamais bien, à l’instar de l’époque contemporaine, s’il s’agit d’une fin ou d’un début.
http://www.cneai.com/evenement/#!/article-1641

Souffle  avec Romain Huteau  2013


Un soupir cherche à devenir objet. Le souffle du verrier qui forme la matière en fusion, souffle a priori imperceptible est rendu visible par cette même matière. 

Souffle, 2013  
25 x 28 x 30 cm 
Verre


Herbier I   2013



Un mur de feuilles, apparemment vierges, laisse apparaître en filigrane un herbier fantôme révélé par la lumière : un temps, absente, elle donne l’illusion d’une feuille blanche, dans un second temps, elle dévoile une silhouette végétale à travers le papier. Herbier recueilli au fil de mes lectures, ici extrait du Jardin des Supplices, d’Octave Mirbeau. 


Herbier I.6, 2013
Pivoine, magnolia, cèdre, aralia, eulalie, 
orchidée, banian de l’Inde, musa, strelitzia

Herbier I.1&2, 2013
Nymphea, nelumbium, iris, butome, cyperus, luzule, aroïde, scolopendre, 
trolle, inule, glycine / Fougère, androsace, saxifrage, bambou, cedrèle, épimède, hémerocalle, 
oenothère, opuntia, éomecon, primevère, extrait du Jardin des Supplices d’Octave Mirbeau, 2013
30 x 40 cm chaque feuille. Module de trois tablettes : 132 x 140 x10 cm
Papier Maya Blanc 120g, verre, led, contre- plaqué tout bouleau.

 Beau Temps    avec Romain Huteau 

 

Vue d'ensemble : Herbier I, Je suis le vent (Romain Huteau), Pesanteur Muette, Partition
Crédit Photo : Romain Huteau. Courtesy Galerie Laure Roynette.




EXPOSITION BEAU TEMPS / BUDTIME  2013



Quasi  2011


Quasi (détail), 2011
Scotch de masquage au sol
Dimensions variables





Sans titre  2009

 


Sans titre, 2009  
Livre unique
70cm x 23,5cm 
Crédit Photo : Capucine de Chabaneix

 

«Quand je regarde le papier blanc, je vois courir au loin un homme épouvanté.» Henri Michaux, extrait de ‘La page blanche’, 1944. 
  
Un livre absolument blanc, au format dit paysage, qui n’est marqué par aucun signe, aucune image. Intouchable, insaisissable. Est-il la mémoire d’une page blanche, ou en attente d’une histoire à venir ?

Nostalgie des étoiles  2011

 

Nostalgie des étoiles se présente comme le relevé d’une cartographie du ciel austral et boréal. La surface du papier est gaufré, marqué par l’empreinte lumineuse des étoiles ou l’empreinte temporel d’un instant passé. L’on croit alors pouvoir toucher, «toucher des yeux», une écriture de mémoire. Les constellations de braille nous renvoient dans l’obscurité aveugle d’une lecture intime.


Nostalgie des étoiles, 2011 
Papier gaufré
130 x 230 cm



















  Mesure  2011

 

«Il y a des silences    et les mots    font    aident à faire    les silences .»
John Cage, Conférence sur le rien, 1959

La taille de pierre s’apprend parfois par l’écoute des percussions régulières de l’outil sur le bloc. Le bois des baguettes de batterie est transformé en verre soufflé. Matière transparente, fragilisée par sa pellicule fine qui forme ces baguettes, posées en équilibre sur un bloc rocheux brut où tout deux restent en suspens.
Mesure invite à une réflexion sur la relation entre la sculpture et le temps, entre le rythme et les mots. 


Mesure, 2011
Pied de caisse claire, stéatite, verre soufflé
70x30x40 cm 



Quasi (ébauche)  2011



Quasi (ébauche), 2011  
Scotch de masquage 
Dimensions variables


Pesanteur Muette  2011




Pesanteur muette, 2011
Tambour, feuille de plomb 
30 x 30 cm.  
Crédit Photo : Romain Huteau

Partition  2009


Partition, 2009  
Tirage numérique contrecollé sur aluminium 
50cm x 50cm 
Crédit Photo : Capucine de Chabaneix

Attendre  2011


Attendre, 2011
Corde à piano, fixation 
Dimensions variables


Recouvrer  2010

 

Recouvrer, 2010, charbon, kaolin, dimensions variables
    



















   
   Recouvrement / Perceptible 

recouvrir
recouvrer

ensevelir
retrouver
 
masquer

percevoir

Eclat terne
                       
                                                  Peau de l’apparaître / 
                                           Enveloppe de l’apparence 





Paravent  2011

 

Paravent, 2011 
Papier ordinaire A4, fil nylon, perles de plomb 
240 x 360 cm

Exposition NowHere, Atelier Saulnier, Beaux Arts de Paris
Improvisation dansée de OdoruJou, improvisation sonore de Mitsuaki Matsumoto

 Les Feuilles Mortes  2008

 

Les Feuilles Mortes, 2008  
Baguettes de batterie, fil nylon, perles de plomb 
Dimensions variables



Images couleurs  2011

 


 

 Point d'acier  2008

 


 
Point d’acier, 2008, laine d’acier, laiton, dimensions variables
Crédit photo : Capucine de Chabaneix 

 

 

 

































 

Reconstruire un début de tricot où les aiguilles sont en laiton et la laine en acier. Objet sans fin. La masse de la laine d’acier n’empêche pas la fragilité du fil et la difficulté du geste. Les mailles se décrochent au lieu de se resserrer et de rendre fort, impénétrable le support.
Ces rangées de points sont similaires à des lignes d’écriture, tout comme le geste, avec des faiblesses et des incertitudes.